Sortir de sa zone de confort, passer à l’action

with Un commentaire

Il paraît que les grands leaders ne réfléchissent pas longtemps pour prendre des décisions importantes… Si c’est bien le cas, je dois être ceinture noire de leader !!!

Pour preuves, ces 2 exemples :
1- Ma demande en mariage : Alors qu’avec Mag nous étions en train de faire les courses pour préparer le repas du soir même avec nos familles, nous passons devant le rayon champagne. Ni une ni deux, je me tourne vers ma dulcinée et lui propose d’en charger quelque unes dans le Caddie pour annoncer notre mariage à tutti quanti…

Enfin… si elle voulait bien s’unir avec moi !!!

2- Ma demande de mutation : la veille de mon entretien annuel, alors que nous ne l’avions plus évoqué depuis une éternité avec Mag, je lui propose d’annoncer à mon chef notre décision de déménager…

Enfin… si elle le voulait bien !!!

Pour ce qui est du 1er exemple, ça fait maintenant plus de 11 ans que nous avons dit  » OUI » l’un pour l’autre (c’était le 29/05/2004, et je m’en souviens sans regarder la gravure de mon alliance…). Pas un seul instant j’ai regretté ce choix fait en quelques secondes, tous les jours je lui suis reconnaissant d’avoir dit « oui » (même si certains jours moins que d’autres… 😉) et je suis sûr qu’il en sera ainsi jusqu’au bout du bout.
Nul doute qu’il en sera de même pour le 2e exemple, beaucoup plus récent.

J’en entends certains d’ici :  » tu ne peux pas en être sûr ! » Moi je vous dis que c’est du 200% garantit. Ça ne peut pas être autrement pour des décisions qui viennent du cœur et qui ne subissent pas d’influence extérieure. Ensuite, c’est un entretien de tous les jours avec des compromis bien évidemment…

Il n’existe qu’une et une seule solution pour dépasser ses peurs et sortir de sa zone de confort : arrêter de se poser des questions et passer à l’action !

Une réponse

  1. […] secret à garder entre nous : malgré tout, remettre tous les compteurs à zéro, sortir de sa zone de confort, perdre ses repères… Est-ce que j’y étais prête ? Est-ce que j’en étais […]

Répondre