L’Outil Surpuissant pour décoder le comportement de vos enfants

with Pas de commentaire

Quelle est votre première réaction lorsque vous ressentez, observez
un comportement inhabituel chez votre enfant ?

Moi, jusqu’à encore (très…) récemment, mon premier réflexe dans ce genre de situations était d’endosser le costume de Sherlock Holmes. Toujours avec bienveillance, mon seul objectif était d’enquêter, questionner la « victime » avec l’intention sincère de comprendre, de lui venir en aide et ce jusqu’à ce qu’elle craque et veuille bien lâcher le morceau…

Certes j’obtenais des réponses, mais je sais aujourd’hui qu’en procédant de la sorte je n’obtenais qu’une partie de la vérité ; et je sais surtout aujourd’hui qu’il existe un Outil Surpuissant bien plus efficace et performant pour mieux accompagner son enfant. 

 

Mise en situation : 

Il y a quelques mois, nous avons vécu une succession de situations inhabituelles avec Soline notre fille de 8 ans :

  • Coup de téléphone de l’école un midi alors que nous sommes au travail pour nous demander confirmation que Soline déjeunait bien à la cantine : « elle nous soutient que vous l’attendez à la maison » ;
  • Simulation de blessures pour aller à l’école (jusqu’à prendre des béquilles, mettre un pansement sur un doigt qu’elle a colorié en rouge sang …) ;
  • Ses cahiers qui devenaient sales et mal tenus alors que toujours propres jusqu’alors ;
  • Des résultats scolaires qui se dégradaient…

Méthode Sherlock Holmes 

A force de la questionner tous les soirs, nous avons compris que Soline était mise à l’écart et chahutée à l’école par ses « copines » et qu’elle le vivait très mal. Ok ! On venait donc de comprendre pourquoi elle voulait fuir les moments de solitude en journée (cantine), attirer l’attention en provoquant la compassion (blessures), exprimer consciemment ou inconsciemment son mal-être (propreté cahier et concentration sur son travail).

Yes ! Indices déchiffrés, enquête résolue, solutions faciles à proposer :

« tu sais, ce sont des choses qui arrivent tout le temps à l’école ;
un jour on est copine, des fois on se fâche. C’est comme ça, ça va passer… »

Affaire classée, du moins c’est ce que l’on pensait…

Méthode de l’Outil Surpuissant

Voila ce que nous a livré spontanément et naturellement Soline après que l’on ait troqué l’imperméable et chapeau de Sherlock pour cet Outil libérateur ; chaque jour depuis plusieurs semaines : 

  • Elle se retrouvait seule à toutes les récréations et temps de pauses ;
  • Elle se faisait insulter dans la cour de l’école ; 
  • Elle était victime de moqueries humiliantes ;
  • Elle avait reçu sans raison deux gifles par deux « camarades » ; 
  • Qu’en seul soutient et réaction de l’adulte, elle avait obtenu le droit d’être punie (elle) pour avoir rapporté
  • …et c’est déjà pas mal à gérer pour une petite fille de 8 ans, vous ne trouvez pas…

Ces révélations lourdes, nous les avons apprises de Soline grâce à la pratique de L’ECOUTE ACTIVE.

 

L’Ecoute Active : l’Outil Surpuissant

L’Ecoute Active, c’est se mettre dans « la peau de l’enfant », entrer dans son champ de référence, dans sa perception de la réalité ; c’est essayer de déchiffrer le message derrière le langage verbal et non-verbal et soumettre ce décodage pour vérification. Cette écoute est dite active dans le sens où elle permet à l’enfant d’exprimer un ressenti, une sensation, une émotion, un sentiment qui le déstabilise à l’intérieur. L’expression de son ressenti va lui permettre de se libérer et de retrouver des capacités de raisonnement, de réflexion et d’action.

Pour pratiquer l’Ecoute Active, il faut :

  • Prendre le temps d’écouter ; s’assurer de notre propre disponibilité ;
  • Accepter les sentiments de l’enfant quels qu’ils soient. Il est parfois nécessaire de mettre de côté son idée des sentiments que l’enfant devrait avoir ;
  • Avoir un profond sentiment de confiance dans la capacité de l’enfant de s’occuper de ses propres sentiments, d’y voir clair et de trouver des solutions ;
  • Savoir que les sentiments évoluent : un désespoir peut devenir une contrariété, une contrariété peut devenir une attente… ;
  • Etre capable de voir l’enfant comme une personne différente de soi, unique, qui a une existence propre.

Bref, c’est se mordre la langue à chaque fois que l’on brûle de poser une question à l’enfant qui commence par « Pourquoi… », à chaque fois que l’on veut proposer (imposer…) une solution à ses difficultés, à chaque fois que l’on veut réagir à chaud quand notre amour propre et notre ego sont bousculés.

Autant vous prévenir, c’est loin d’être naturel et facile ; c’est souvent frustrant. Il faut également faire preuve de patience car l’enfant peut mettre du temps (plusieurs jours, semaines) avant de se livrer. Il faut être prêt à entendre et accueillir des paroles qui peuvent être douloureuses parfois.

 

Mais le jeu en vaut vraiment la chandelle car en pratiquant l’Ecoute Active, comprenez que vous permettrez à votre enfant de :

  • Expérimenter par lui même, acquérir des connaissances ;
  • Prendre conscience de son potentiel, de ses capacités ; apprendre à faire appel à ses ressources ;
  • Trouver ses propres solutions, surmonter ses difficultés, ses échecs ; se renforcer pour l’avenir ;
  • Gonfler sa confiance en lui, son estime, son affirmation ;
  • Gagner en autonomie ;

Enfin, ne perdez pas de vue que nous ne serons pas toujours là pour eux ; notre rôle de parents, d’éducateur est de les outiller et de les guider sur le chemin d’une vie épanouie, de leur vie.

 

Quelques astuces pour se lancer dans l’Ecoute Active 

C’est bien beau tout ça mais concrètement, comment on enclenche l’Ecoute Active quand on se retrouve face à son enfant que l’on ressent « perturbé » ? Voici 6 astuces à tester :

  • Les acquiescements : « oui… », « Hum Hum… », « bien sûr… », « Ok… », « d’accord… ». Ils renvoient à votre enfant que vous êtes toujours attentif à son discours et l’encouragent à poursuivre.
  • Les mots-tremplins : « c’est à dire ? », « vraiment ? », « ah bon ? », « non ? » (d’étonnement), « mais encore ? », « plus précisément ? ». Ces « tremplins » incitent votre enfant à approfondir son point de vue, d’aller plus loin, de détailler, de préciser.
  • Les mots-clés : identifier les mots qui cachent quelque chose, qui ont besoin d’être précisés dans le discours de votre enfant ; souvent ce sont des mots qui expriment des généralités. Reprenez ces mots sous forme de question. Ex. Enfant : « Pfff, j’en ai marre, c’est trop dur » ; Parent : « trop dur…? »
  • Les phrases en suspension : lorsque votre enfant vous dit quelque chose et que vous avez l’impression qu’il peut expliquer plus, reprenez une partie de sa phrase et laisser un blanc pour l’inviter à aller plus loin. Ex. « tu me dis que c’est trop dur parce que… »
  • La reformulation partielle : Reprendre la phrase de votre enfant en ajoutant « c’est bien ça » à la fin pour l’inciter à préciser sa pensée. Ex. « Dans ce que je viens d’entendre, tu me dis que c’est trop dur, c’est bien ça …? »
  • Le silence actif : si vous ressentez que votre enfant ne vous a pas tout dit, jouez à « le premier qui parle a perdu » (sans lui dire). Taisez-vous en le regardant pour lui montrer que vous l’écoutez vraiment. Patientez et vous serrez bluffé.

 

En pratiquant l’Ecoute Active dans notre éducation, Soline a trouvé des solutions, a puisé en elle les ressources nécessaires pour ne plus subir et pour affronter la situation. Plusieurs semaines plus tard, elle n’a pas eu peur de nous exprimer ses émotions (en commençant par nous les dessiner), ses difficultés qui persistaient ; elle n’est pas venue à nous en nous demandant de l’aide mais elle a senti qu’elle pouvait nous faire confiance, nous livrer son mal-être, qu’elle était écoutée.

Aujourd’hui, grâce à l’Ecoute Active nous avons la joie de voir Soline se livrer à nous librement et gérer seule les situations qui la challenge.

 

L’Ecoute Active, l’Outil Surpuissant à la disposition des parents qui souhaitent accompagner leurs enfants dans la recherche de leurs propres solutions et de leurs propres ressources. Un Outil Surpuissant pour renforcer la confiance en soi de nos enfants et développer leur épanouissement.

Alors vous aussi faites confiance à vos enfants en pratiquant l’Ecoute Active.


Boite à outils

Cliquez ici pour obtenir la version pdf de la fiche synthèse Ecoute Active.

Partagez vos expériences en commentaires.

Répondre